La BAD initie un Prix des médias africains pour promouvoir un récit positif de l’Afrique

Le 9 mai dernier, lors du Sommet des leaders des médias d’Afrique organisé par All Africa Media, Akinwumi Adesina, président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), a dévoilé une initiative ambitieuse : la création d’un Prix annuel des médias africains. Ce prix vise à récompenser et à promouvoir les journalistes, correspondants et organes de presse qui mettent en lumière les réalisations et les progrès de l’Afrique.

M. Adesina a exprimé avec conviction l’importance de cette démarche en affirmant : « L’Afrique doit façonner son propre récit et ne pas dépendre de ce que les autres pensent d’elle ou des perspectives qu’ils préfèrent partager à son sujet, sur ses réalisations et les opportunités qu’elle offre. » Pour lui, il est crucial que les récits positifs sur les opportunités d’investissement en Afrique soient valorisés, car ils sont souvent négligés par les médias occidentaux.

Cette initiative, portée par la BAD en collaboration avec AllAfrica Global Media et d’autres institutions financières africaines, s’inscrit dans une stratégie plus large visant à redéfinir la couverture médiatique du continent. Le président de la banque panafricaine a également proposé que ces institutions mettent en commun leurs ressources ; ceci, pour soutenir la création d’une société africaine de médias mondialement reconnue, capable de repositionner les nouvelles de l’Afrique sur la scène internationale.

Le sommet, tenu sous le thème « Repenser les médias d’Afrique en cette période de mutations profondes », a réuni plus de 300 acteurs clés : propriétaires et exploitants de médias, responsables gouvernementaux, dirigeants d’entreprise, universitaires, champions de la société civile et partenaires au développement. L’objectif était de discuter du rôle essentiel des médias dans le façonnement de l’avenir de l’Afrique.

Adesina a souligné le rôle crucial des médias, non seulement dans l’investigation et la recherche de la vérité, mais aussi comme catalyseurs du développement et promoteurs de récits positifs : « Les médias ont un rôle crucial à jouer, en étant justes, objectifs, curieux, en menant des investigations, oui, mais aussi en étant des catalyseurs du développement, et en faisant la promotion de nouvelles positives sur les réalisations, les accomplissements et les développements tangibles de l’Afrique. »

Pour renforcer cette dynamique, le président de la Banque Africaine de Développement a proposé la mise en place d’un référentiel commun de récits, de vidéos et de contenus vérifiés et normalisés. Cette base de données faciliterait la compilation et la rédaction d’articles sur les succès africains. En outre, l’institution panafricaine et ses partenaires s’engagent à créer des bourses pour les journalistes africains, contribuant ainsi au développement de leurs compétences et à l’amélioration de la couverture médiatique du continent.

Dans une déclaration passionnée, M. Akinwumi Adesina a encouragé les leaders des médias présents à devenir les « vuvuzelas de l’Afrique », soulignant l’importance de promouvoir activement les histoires positives du continent. « Ensemble, continuons à promouvoir l’Afrique. Je vous invite, en tant que leaders des médias, à devenir les vuvuzelas de l’Afrique ! Racontez les histoires positives de l’Afrique », a-t-il exhorté.

Ce prix annuel des médias africains représente une initiative majeure pour redéfinir la narration africaine, en mettant en avant les succès et les opportunités qui émergent sur le continent. Par cette action, la Banque africaine de développement aspire non seulement à changer la perception globale de l’Afrique, mais aussi à inspirer une nouvelle génération de journalistes dévoués à la promotion d’un récit africain authentique et inspirant.

🇬🇧